TIRONS LA LANGUE – Plaidoyer contre le sexisme dans la langue française

Utopia COUV tirons la langue.jpg version 2

 Collection  » Dépasser le patriarcat ». Format 11x18cm, 128 pages, 6 euros

Par Davy Borde

 

La langue n’est pas neutre. Les mots, les symboles, les règles qui régissent son usage marquent nos esprits et rejaillissent sur nos actes, sur nos manières d’être au monde et de le penser. Ce livre a pour but de faire connaitre l’histoire de la construction et les pratiques actuelles d’une langue qui, par sa structure patriarcale et par le (bien nommé) genre grammatical, se révèle bel et bien sexiste. Il propose d’aller plus loin que les timides réformes récentes et d’exprimer ce que voudrait dire le féminisme par les mots et la grammaire.

Si l’on aborde cette question sous un angle féministe, on peut dire que notre langage est triplement problématique et ce pour une seule raison : il est genré. C’est à dire qu’il est imprégné d’une vision dichotomique, naturalisée et hiérarchisée du monde vivant et plus particulièrement du genre humain.

Ce faisant, notre langage invisibilise le féminin au profit du masculin et ne permet pas de (se) parler, de (se) penser aisément hors de la dichotomie du genre, de la féminité et de la masculinité, puisqu’il nous impose (du moins en français académique) de rappeler de manière quasi permanente à laquelle des deux « classes » de sexe appartient un être humain.

S’il est plus que temps de poursuivre l’assaut entrepris contre les plus évidents archaïsmes de la langue française, il convient tout autant de lutter contre des pratiques depuis trop longtemps en opposition avec la vision égalitariste et émancipatrice que porte le mouvement féministe. Cela entraîne une critique de la grammaire actuelle et plus particulièrement du genre grammatical.

Davy Borde est épicier, décroissant, (pro)féministe mais n’est ni linguiste, ni académicien. S’il aime cultiver son potager et plus largement se réapproprier des savoirs et savoir-faire avant qu’ils ne se perdent comme (re)découvrir la richesse de la nature sauvage, il s’est aussi penché sur la question du sexisme de la langue française. Il propose ici le fruit de ses recherches et réflexions ainsi qu’un chemin à suivre pour améliorer cet indispensable outil commun.

 

DE QUOI L’EFFONDREMENT EST-IL LE NOM ? La fragmentation du monde

couv effondrement jpeg

Collection « Ruptures ». Format 12 x 20, 144 pages, 8 euros

Par Renaud Duterme

Préface de Patrick Viveret – Avant-propos de Pablo Servigne

 

Et si notre civilisation était au bord de l’effondrement ?

Loin d’être réservée aux scénaristes de science-fi ction, cette interrogation est de plus en plus pertinente pour de nombreux chercheurs/euses de tous horizons. Les « crises » fi nancière, économique, écologique, climatique, sociale, démocratique, identitaire, politique… ne sont-elles que des « crises », ou assistons-nous à la fi n d’un modèle de société qui s’est étendu à l’ensemble du monde en quelques siècles seulement ?

Pour autant, que peut signifier ce concept d’effondrement ?

Devons-nous interpréter l’explosion des inégalités et des tensions sociales comme des signes avant-coureurs d’une nouvelle crise sociale ou comme ceux d’un effondrement civilisationnel, comme ce fut le cas pour l’empire romain ou la civilisation maya ?

Partant de ces questions, ce livre a pour but d’interroger cette notion, en particulier sous l’angle des ségrégations sociales et spatiales. On en vient alors à considérer l’effondrement comme la conséquence probable d’un monde de plus en plus fragmenté, dans lequel coexistent des personnes renfermées sur leur prospé- rité derrière des murs sans cesse plus hauts, alors que de l’autre côté toujours plus de populations subissent les conséquences des crises multiples.

Une fois analysée sous l’angle de leurs responsables, l’amplifi cation annoncée des catastrophes prend un tout autre visage, permettant à l’auteur de poser les bases d’un nouveau système plus juste et plus durable.

Renaud Duterme est licencié en sciences du développement et de la population de l’Université Libre de Bruxelles. Il enseigne la géographie en Belgique et est membre actif du CADTM (Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde). Il est l’auteur de « Rwanda, une histoire volée », éditions Tribord, 2013 et co-auteur avec Éric De Ruest de « La dette cachée de l’économie », Les Liens qui Libèrent, 2014.

LE TRAVAIL, HISTOIRE D’UNE IDÉOLOGIE

 

COUV BOREL

Le travail, histoire d’une idéologie

Par Guillaume Borel 

Collection « Ruptures ». Format 11 x 18, 96 pages, 6 euros.

 

Ce livre dresse un panorama synthétique mais complet des liens que nous avons eus et que nous avons actuellement avec le travail. Il s’intéresse à sa naissance en tant que phénomène économique et social et souligne le lien historique  existant entre le travail et les rapports d’exploitation, depuis le Néolithique et l’apparition des premières cités jusqu’à nos jours.

Alors que la centralité de la valeur travail règne, nos sociétés sont incapables de fournir un emploi décent et qui fait sens à celles et ceux qui le demandent. C’est donc le contrat social hérité du fordisme, qui a conduit au développement des classes moyennes, qui est en train de s’écrouler.

Pour écrire un nouveau chapitre de son histoire, il nous faut réinventer le travail afin qu’il ne reste pas un instrument de domination aux mains du néolibéralisme.

S’inspirant des travaux de Jacques Ellul sur le travail, ce livre poursuit sa réflexion par une approche historique et économique du phénomène idéologique du travail en lien avec le développement des sociétés capitalistes. Il démontre ensuite comment l’idéologie de la consommation s’est ajoutée à celle du travail afin de lui permettre de survivre dans un monde où le chômage structurel de masse devient la norme.

Guillaume Borel est documentaliste et collabore à plusieurs médias indépendants d’information sur Internet comme arretsurinfo.ch, ou le site les-crises.fr. En plus de ses recherches sur l’histoire du travail, il s’intéresse particulièrement au phénomène de la propagande médiatique

A paraître le 15 octobre : « À LA RECHERCHE DE L’AMANT FRANÇAIS » – Un roman de Taslima Nasreen

couv taslima

À LA RECHERCHE DE L’AMANT FRANÇAIS

Un roman de TASLIMA NASREEN 

Collection thématique « Dépasser le patriarcat »

format 11 x 18, 369 pages, 12 euros

À la recherche de l’amant français raconte comment Nilanjana, une Bengalaise originaire de Calcutta, se libère peu à peu du contrôle patriarcal exercé par son père et son époux, avant de rencontrer la version française du patriarcat, diffuse et inattendue, incarnée par son amant français.

On assiste à la confrontation d’une femme indienne aux réalités d’une société dite « moderne », moins éloignée de la sienne qu’on ne pourrait le croire. Ce livre est le parcours de Nila, que nous suivons au travers de ses pérégrinations entre deux cultures qu’en apparence tout oppose.

Taslima Nasreen est née au Bangladesh. Militante des droits humains, elle est mondialement connue pour ses écrits sur l’oppression des femmes et pour ses critiques de l’obscurantisme religieux. A la suite de plusieurs fatwas appelant à sa mort, elle a dû quitter son pays en 1994.

Elle a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Sakharov pour la liberté de pensée, le prix Simone de Beauvoir et le prix des Droits de l’Homme de la République Française. Elle est l’une de détentrices du Passeport de Citoyenneté Universelle. (O.C.U.)

Taslima Nasreen est l’autrice de très nombreux ouvrages: romans, poésies, essais et autobiographies. Ses œuvres sont traduites dans une trentaine de langues différentes.

MANIFESTE FEMEN : Le premier ouvrage écrit par les FEMEN – Sortie en librairie le 20 mars

Manifeste FEMEN Couv HD (1)

Manifeste FEMEN

Par les FEMEN

Collection « Dépasser le patriarcat », format 10 x 16 cm, 64 pages, 4€

Le mouvement FEMEN est connu internationalement pour ses actions coup de poing, ses face-à-face frondeurs avec les leaders  politiques et ses apparitions inattendues. Ces actions leur valent bon nombre de détracteurs parmi les ennemis de la démocratie et des libertés, mais aussi parmi celles et ceux qui détournent leur pensée ou qui ne l’ont tout simplement pas comprise.

C’est pour leur répondre que les FEMEN ont décidé de publier ce document de référence. À la fois droit de réponse politique,  ressource idéologique et manuel d’instruction à l’intention des futures activistes FEMEN, ce manifeste permettra aux sympathisants comme aux sceptiques de mieux comprendre leurs desseins et leurs combats. Il pourrait devenir l’anti-bible de chevet de toutes et tous les révolutionnaires féministes à travers le monde, prêts à s’engager dans la lutte.

Véritable déclaration politique, les mots viennent compléter et renforcer les images qui les ont fait connaître. Historique,  motivations, convictions, mode d’actions, sextrémisme, slogans, cibles principales… Les activistes FEMEN décrivent et analysent dans ce livre les différentes facettes de leurs combats.

L’auteur : Les FEMEN

NE DOUTEZ PAS QU’UN PETIT GROUPE DE FEMMES PUISSE CHANGER LE MONDE

Considérant que l’action est impossible sans l’idée et l’idée inutile sans l’action, nous avons voulu exposer la pensée qui anime nos actes, offrir un extrait des heures de discussion qui agitent nos quartiers généraux et enflamment nos sessions d’entraînement, donner à lire la théorie sous les slogans, la conviction passionnée sous les poitrines. Nous avons portés ces idées malgré les arrestations, les menaces, les obstacles personnels, la violence des régimes et les agressions des extrémistes. Nous les avons portées aux côtés de nombreux amis qui sont tombés pour ces idées. Nous les avons portées, au péril de nos vies, nous les avons propagées d’Ukraine au reste du monde. Et si nous croyons en la vertu de l’action frontale, parfois spontanée, dans la rue, collective et téméraire, nous sommes bel et bien animées d’une idéologie absolue, constante et incorruptible. Une idéologie qui sera ici manifeste. Parce qu’aujourd’hui plus que jamais la liberté d’expression doit vivre. Parce que nos voix doivent résonner plus fort que leurs tirs de kalachnikovs. Parce que pire que ceux qui crient leur fondamentalisme, il y a ceux qui taisent leur libre pensée. Ce manifeste est affirmation, nous sommes résistance.  FEMEN

ÉCOLOGIE ET CULTURES POPULAIRES : Les modes de vie populaires au secours de la planète

aries_couv_pour_mel.indd

Écologie et cultures populaires

Les modes de vie populaires au secours de la planète

Par Paul Ariès

Collection Décroissance, format 12 x 20 cm, 240 pages, 10 €

Ce livre est d’abord une contestation et une déconstruction de l’idée reçue selon laquelle il n’y aurait rien de bon à attendre des milieux populaires au regard de la situation écologique. Les élites auraient donc raison : « salauds de pauvres qui consommez si mal ! ».

Ce discours discriminant est susceptible de contaminer même ceux qui à gauche se disent les plus des enjeux planétaires et sociaux. Pourtant, tous les indicateurs prouvent que les milieux populaires ont un meilleur bilan carbone, une meilleure empreinte écologique que les milieux aisés, y compris quand ces derniers ont des pratiques « écolos ».

Iconoclaste, Paul Ariès invite à relativiser les thèses de Veblen et de Bourdieu sur l’imitation par les milieux populaires des modes de vie des riches. Certes, « les riches détruisent la planète », mais l’auteur démontre que les gens ordinaires, les « gens du commun », ne sont pas des riches auxquels il ne manquerait que du capital économique, social, culturel et symbolique.

Sans succomber à un nouvel angélisme au regard des consommateurs populaires, car il reste encore beaucoup à faire, l’auteur invite à renouer avec toute une tradition historiographique, littéraire, cinématographique qui autrefois valorisait bien davantage le peuple.

Ce livre ouvre également une perspective pleine d’espoir, car en entretenant d’autres rapports à la vie, au travail, à la consommation, à la propriété lucrative, au temps… les gens du commun, non pas ceux d’ailleurs ou d’autrefois mais bien ceux d’aujourd’hui, ne pourraient-ils pas être les principaux acteurs de la transition écologique, et par là même contribuer à «sauver la planète» ?

L’auteur, Paul Ariès, politologue, rédacteur en chef du mensuel les Zindigné(e)s, est aussi délégué général de l’Observatoire international de la gratuité et coorganisateur de nombreux forums nationaux ou internationaux avec des villes ou des associations comme Emmaüs, ATTAC, CADTM, etc. Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages.

DETTE ET EXTRACTIVISME – La résistible ascension d’un duo destructeur

Couv dette

DETTE ET EXTRACTIVISME 
La résistible ascension d’un duo destructeur

Par Nicolas Sersiron

Préface de Paul Ariès

Collection Ruptures, format 12 x 20 cm, 208 pages, 8 €

L’extractivisme, ce pillage des ressources naturelles de la planète par la force, a donné à l’Europe puis aux USA les moyens de dominer le monde.
Depuis la disparition des colonies, la dette illégitime, nouvelle violence imposée aux pays dits «en développement», a permis d’assurer la continuité du pillage. Cette dette a amplifié le système extractiviste, initialement appliqué aux produits fossiles et agricoles, en l’étendant aux ressources financières du Sud puis aujourd’hui du Nord. Elle impose le remboursement par les populations de dettes dont elles ne sont pas responsables mais victimes.
Dette et extractivisme, intimement liés, sont facteurs d’injustice, de corruption, et de violences sociales et environnementales. Ce «duo destructeur» est aussi à l’origine du dérèglement climatique.
Des alternatives pour créer une société post-extractiviste soucieuse des peuples et du climat existent. L’audit et l’annulation des dettes illégitimes, la réduction des inégalités, la fin du pillage extractiviste sont quelques uns des combats citoyens essentiels proposés dans ce livre.
L’auteur, Nicolas Sersiron, est président du CADTM France, Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde. Fondé en 1990, le CADTM est un réseau international présent en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Son travail principal est l’élaboration d’alternatives radicales visant la satisfaction universelle des besoins, des libertés et des droits humains fondamentaux.

Découvrez l’interview vidéo de Nicolas Sersiron

Lire les premières pages du livre


Les Éditions Utopia, prolongement du mouvement du même nom, sont encore récentes car fondées en mai 2010. Ce qui était au départ qu’une aventure forcément incertaine, s’est transformé très vite, grâce aux soutiens de nos adhérents, sympathisants et amis, mais aussi de nos lecteurs anonymes, en un complément indispensable pour la diffusion de réflexions et propositions proches de l’esprit de notre Mouvement. Merci à toutes et à tous. Nous continuons donc notre route et notre petite musique,qui, pour reprendre l’expression d’André Gorz, se doit d’avoir « une valeur de nuisance féconde ». Nous espérons vous croiser fréquemment, soit à travers de nos livres, soit à travers les activités du Mouvement Utopia. Et pourquoi pas les deux? Bien à vous

Librairie


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 42 autres abonnés